Mots-clés

, ,

anais love albumLa malicieuse Anaïs avait fait l’effet d’une bombe en se moquant gentiment des couples amoureux. The Love Album est-il une ironie supplémentaire? La pochette, doucement provocatrice où la chanteuse revisite à sa façon le jardin d’Eden reste dans cet esprit distancé.
Qui dit Love Album, dit Feux de l’amour. Le mot lui-même apparaît dans trois titres dont la bluette « Si j’avais su que notre amour (duo rêvé avec Chris Isaak) ». Dès le morceau initial, elle ne peut s’empêcher de rappeler la désillusion de l’engagement, « le premier amour, c’est n’importe quoi, on s’aime pour toujours et ça ne marche pas ». Au contraire, dans « Moi qui croyais », un titre attachant, elle raconte la redécouverte du sentiment amoureux. Le premier extrait très accrocheur « Peut-être une angine » parle encore de la maladie d’amour qui court.
Le disque comparé au Cheap Show réalisé en live ne peut être que davantage produit. Il est aussi beaucoup plus homogène que le précédent qui alliait chansons, parodies et styles musicaux variés. Anaïs, auteur-compositeur-interprète a fait appel à un réalisateur pour le moins inattendu, Dan the Automator, le producteur de Gorillaz. Il a également composé avec Anaïs la musique de « Qui c’est la fille sur la photo », un des jolis morceaux de l’album.
Dans « I Love You (from the Amber Story)», ultra-rock et en anglais, on retrouve les influences d’Opossum, son groupe d’avant sa carrière solo. Et elle envoie Anaïs, jusqu’au dernier riff! Même esprit survolté dans « Malheureux ». La chanteuse a l’art d’alterner avec des morceaux acoustiques et planants dont le sympathique « Farniente ».
The Love Album se referme sur un précédent succès « Elle sort qu’avec des Blacks », présenté en pimped version. Anaïs a gardé son humour décalé tout en proposant un disque plus artistique. Et pour ceux qui iront jusqu’au bout, une « ghost song » en gospel vous attend! (Paula Haddad – music-story.com)

Disponible à la médiathèque:
The Love Album / musique de et paroles de et interprété par Anaïs. – Universal Music France, 2008. – 52mn21s. Cote: 2.2 ANA

Publicités