Mots-clés

,

C’est la première fois que Karen Brunon apparaît en pleine lumière, après une bonne décennie passée à frotter les cordes de son violon dans l’ombre de stars comme Charles Aznavour, Laurent Voulzy, Étienne Daho, Vanessa Paradis, Mika, Brian Wilson ou Woodkid, et bien entendu ses complices de toujours, Keren Ann et Benjamin Biolay, avec lesquels elle formait en 1999 l’éphémère trio Shelby.karen brunon la fille
Tel un ange-gardien protecteur, Benjamin Biolay n’a cessé de veiller sur l’évolution de celle qui, avant ce premier pas en solo de Fille idéale, était de la super troupe Circus menée par Calogero et Stanislas. Attablé à la console de production, le mentor habille naturellement le recueil de son savoir-faire, tandis que des paroliers comme Élodie Frégé, Marie Bastide ou David Verlant et les compositeurs Keren Ann et Stanislas ont fourni la matière première à cet édifice acoustique et délicat.
Encadré par les volets instrumental et choral Cordelia joué avec Chilly Gonzales, l’opus inaugural ne manque pas de belles compositions, servies par des arrangements soignés et le timbre diaphane de l’interprète. Ces mélodies entraînantes comme À fleur de peau, La Fille idéale ou Où je vais, voisinent avec d’autres moments très romantiques qui ne sont pas sans rappeler le lyrisme sentimental de Françoise Hardy (Au cours de la vie, L’amour en cage). Cela est aussi patent sur Une aventure, où les voix dédoublées évoquent l’ombre de la grande aînée. Sur Le lieu du crime, c’est la voix de Keren Ann qui enlace celle de sa consoeur. Ajoutée en post-scriptum, une version symphonique de Où je vais referme l’ouvrage délicatement travaillé. (Loïc Picaud – music-story.com)

Disponible à la médiathèque:
La fille idéale / musique de et chanté par Karen Brunon, violon; musique de et paroles de Benjamin Biolay; paroles de Marie Bastide. – France: Warner Music France, 2014. – 41mn06s. – Cote: 2.2 BRU

Publicités