Mots-clefs

, , ,

Quatre années ont passé depuis le premier album et Camélia Jordana n’a pas perdu son temps en multipliant les collaborations avec Alex Beaupain, Alain Chamfort, Le Soldat rose 2, Franck Monnet, et les nouvelles expériences au cinéma et au théâtre, comme c’est le cas avec Mimi, scènes de la vie de bohême, inspiré de La Bohême de Puccini. Avide de compléter sa palette artistique et de goûter à tous les fruits de la création, l’ex-finaliste de Nouvelle Star a aussi pris les rênes et affûté sa plume pour donner à son deuxième ouvrage un aspect plus personnel que le précédent, phagocyté par les personnalités de ses intervenants.camélia jordana dans la peau
Dotée d’une voix à nulle autre pareille, qui la différencie d’une grande partie de nouvelles chanteuses au timbre incolore, inodore et sans saveur, la jeune femme qui souffle ses vingt-deux bougies le jour de la sortie de Dans la peau (et inversement) apporte à l’album différentes facettes de son tempérament. Ainsi, l’interprète de Non, non, non est toujours en proie aux tourments amoureux dans le timide Comment lui dire (dû à Mathieu Boogaerts), oscillant entre orgue, guitare jazz et cordes. Le même intimisme à tendance introvertie baigne un nombre significatif de compositions comme le nostalgique Miramar, le tristounet J’aime l’orage (effets de pluie compris), le monotone Jeune homme (rappelant le Katerine sensible des débuts), l’anglophone Berlin ou Brigitte dit vrai, l’un des deux bonus de l’édition spéciale avec Colonel Chagrin.
Si telle est la couleur prépondérante de la sélection et le sentiment dominant du bien-nommé Dans la peau, il ne faut pas le réduire à cette impression de soleil couchant sur l’univers de la demoiselle brune, influencée par Barbara mais capable d’élans pop sur le morceau-titre efficace ou le duo réussi À l’aveuglette, avec son fidèle coéquipier et producteur Babx. Cette histoire de tueur fou, dressée sur un staccato de cordes, précède le vague à l’âme de Ma gueule sur fond de spleen jazzy et le thème réaliste de Illégale, signé Donia Berriri. Dans le multicolore Sarah sait, passant par différents territoires electro, la chanteuse fait le portrait d’une proche à tous égards. L’harmonie vocale qui berce l’instrumentation en fanfare de Madi fait partie des meilleurs moments de Dans la peau, avec la mélodie joyeuse et voyageuse de La fuite. (Loïc Picaud – music-story.com)

Disponible à la médiathèque:
Dans la peau / musique de et paroles de et interprété par Camélia Jordana; musique de et paroles de et avec la participation de Babx. – France: Sony BMG Music, 2014. – Cote: 2.2 JOR

Publicités