Mots-clefs

, ,

Cet album est le disque le plus mature, le plus posé du groupe. Après un exubérant disque live qui montrait la fougue, l’énergie communicative du groupe sur scène. Voir ces musiciens lyonnais sur scène, unis pour défendre une chanson festive humaniste, plein de punch, piochant dans de multiples influences (musiques tsiganes, rock, swing), arrangées à leur propre sauce est l’assurance de passer un excellent concert.laminederien_avec_des_si
Après ce live chaleureux, généreux place au cinquième opus, intitulé  » Avec des si « . Le groupe a peaufiné ce disque, pris son temps pour soigner les compositions, le son et recevoir de beaux invités. Un bel ouvrage qui permet facilement à La mine de rien de franchir un cap, de prendre une place de plus en plus importante dans la chanson hexagonale. Le disque s’écoute d’une traite, très cohérent de bout en bout, sans  » Faux pas « , très soudé avec un univers plus désabusé mais aussi d’une grande finesse.
Il y a eu un gros travail sur les compositions qui sont plus posées, plus dépouillées. Les cuivres (clarinette, trombone) sonnent finement, parfois comme en apesanteur, libérés. Les guitares virevoltent et la rythmique a un sacré groove, souvent nonchalant. L’ensemble a fière allure. Les musiciens ont peaufinés des instrumentaux plus souples, aux tempos plus ralentis, d’une grande richesse qui permettent de mettre en avant les textes et la voix de Yoshka, avec ces jeux de mots et sa sensibilité à fleur de peau. Toujours cet humanisme un peu désabusé et cette quête de la liberté et de l’amour.  » Je me livre à vous, libre à vous de boire mes mots, de trouver l’ivresse, d’y chercher sens ou délivrance « .
Ensuite le disque bénéficie d’un son massif, consistant, produit par trois orfèvres du son, en partie par Bitch (sonorisateur des Ogres de Barback), en partie par Chris (sonorisateur du Peuple de l’herbe) au Supadope, et enfin par Pinok (sonorisateur de La Mine de Rien depuis ses débuts) au studio Satellite, excusez du peu. De plus les invités ne sont pas en reste, Mourad de La rue Ketanou pour  » ‘L’envers du décor  » plein d’esprit et d’allant. Alice et Fred des Ogres de Barback pour deux morceaux aussi charmants. Finalement, quelle chance que le groupe ait pris son temps. (Ben Saglio)

Disponible à la médiathèque:
Avec des si / musique de et paroles de et interprété par La Mine de rien. – L’autre distribution, 2014.  – 58mn20s. – Cote: 8.6 MIN

Publicités