Mots-clés

,

«Au départ tous mes albums sont des double-albums. A l’arrivée ça a toujours été un peu compliqué avec les maisons de disques et leur principe de réalité. Evoluant depuis 2010 sur ma propre structure j’ai pu enfin réaliser mon rêve : une traversée au long cours, un train qui file dans la nuit, 26 titres au total, comme autant de balises nocturnes. Avec la complicité de Marc Denis (musicien, arrangeur, mixeur et producteur) nous avons assemblé les wagons, un par un, au fil de l’année 2012.bertrand betsch la nuit
Un train de nuit, comme un roman dans lequel on s’enfonce au cœur de l’insomnie. Des titres courts et enlevés comme de soudaines accélérations. Des titres longs comme des tunnels où l’on s’interroge sur le sens de la vie. Explorer la nuit comme un envers du décor, comme on retrousse le jour pour mettre à la question l’existence même. Tout cela par le truchement d’une ribambelle de riffs, de beats, de mélodies, de textes chantés à tue- tête ou bien déposés calmement comme la rosée sur un matin chafouin. Je porte ces chansons en moi comme des calicots, comme des déclarations d’amour, comme des déclarations d’impôts sur l’infortune, des comptes rendus chavirés, des trop plein, des choses dues, des dons des nues.
Il y a donc cette première aventure de la gestation de l’album. Puis il faut trouver la chambre d’écho. En l’occurrence il s’agira du théâtre du Sorano à Toulouse où mes musiciens et moi nous produirons le 15 novembre 2013, et de deux soirées les 18 et 19 novembre 2013 au Ciné 13 à Paris. Nous dévoilerons ainsi au public tous ces bouquets de nerfs car toute parole proférée cherche son écho, sa revanche, son acceptation et son adoubement. Partir de soi, du plus intime, et peu à peu faire entrer dans la danse ceux qui ont encore la force, le courage et l’amitié de se donner la main et d’entrer dans la farandole d’une communauté fragile mais prête à conjurer et conjuguer chaque solitude pour faire naître de la chaleur humaine.» Bertrand Betsch

Disponible à la médiathèque:
La nuit nous appartient / Bertrand Betsch. – Marseille : 3 h 50, 2013.  – 46mn + 45mn ; 2CD. – Cote: 2.4 BET

Publicités