Mots-clés

Ce n’est pas pour rien que ce nouveau projet s’appelle HK et les déserteurs: Kaddour Hadadi a déserté à la fois les usages traditionnels de la chanson et les attaches exclusivement méditerranéennes du chaâbi. Il a fait ce que lui dictait sa conscience et même tout simplement son identité de Français né à Roubaix de parents algériens. Les sous-officiers de la pureté culturelle vont cracher leur bile, mais HK et ses Déserteurs font danser Les passantes de Georges Brassens ou L’affiche rouge de Léo Ferré.hk-et-les-deserteurs-petite_9gf
Ce disque est la plus belle désertion depuis longtemps : une quinzaine d’immenses classiques prennent la tangente; Boris Vian, Jean Ferrat, Renaud, Maxime Le Forestier ou Serge Gainsbourg s’évadent dans le chaâbi comme s’ils avaient toujours vécu là-bas.
Les Déserteurs enrôlent des chansons par dizaines, découvrant des correspondances secrètes entre le chaâbi et des valses faubouriennes, entre Toulouse et le Maghreb (ah, leur version de l’extraordinaire Demain demain des Fabulous Trobadors !), entre la poésie des maîtres des années 50 et le rythme de la derbouka.
Subversif? Évidemment, tant ce plaisir est éclatant, tant cette appropriation métisse est naturelle. Mais il en est sans doute de ces Déserteurs comme de ce qui est arrivé au Déserteur de Vian : d’abord une chanson qui prend les conformismes à rebrousse-poil, puis qui devient une évidence pour les générations à venir. (www.hkdeserteurs.fr/)


Disponible à la médiathèque:
Les déserteurs / arrangé par et interprété par HK ; adapté de Jacques Brel et Georges Brassens et Serge Gainsbourg et Jean Ferrat et Claude Nougaro et Maxime Le Forestier et Léo Ferré et Renaud et Boris Vian. – France : Blue Line, 2013. – 1h10mn13s.. – Cote: 8.6 HK

Publicités