Mots-clés

,

Bien sûr, il y a la voix. Une voix minérale, une voix de tempête et de rocaille, qui saisit l’auditeur dès les premières mesures. Mais l’originalité de Guillaume Grand ne réside pas que là. Car ses chansons sont à la mesure de leur interprète : un tourbillon d’émotions où se mêlent passion et fureur, sentiments et ressentiments. A l’image de Toi et moi, le single de son premier album, en 2010, qui a touché plus de 120 000 fans et près de 9 millions d’internautes. Un album intitulé L’amour est laid, vendu à 100 000 exemplaires et suivi d’une tournée de plus de 140 dates. Ce qui ne l’a pas empêché d’aller encore plus loin et plus fort dans ce nouvel album, intitulé Il paraît. Plus loin dans sa façon bien à lui d’exprimer les tourments de l’amour et les désarrois de la vie. Plus fort dans la maîtrise d’une langue qu’il semble pétrir au rythme des battements du cœur. Comme un troubadour moderne, sur lequel planeraient les ombres des grands anciens, Brel ou Ferré. guillaume grand il paraît
Un écrin musical dense et lyrique, plus rock aussi, pour des chansons au diapason, impétueuses et tumultueuses.
Comme Je sais, premier single en forme d’invitation à lâcher la bride pour mieux faire la fête, ou Elle, portrait sulfureux d’une femme diabolique et carnivore.  Dans Il paraît, qui donne son titre à l’album, ou Par mes mots, Guillaume  évoque en termes à peine voilés l’hypocrisie qui entoure parfois certaines conceptions religieuses de la mort. La mort et l’injustice aussi, avec Ma rose, ballade inspirée d’une vision du Moyen Age. Comme Voilà mes rêves, où surgit, au milieu d’un songe, le personnage d’une Guenièvre aussi légendaire qu’intemporelle.
L’amour amer enfin, avec ses blessures et ses concessions, la routine et les déceptions de la vie de couple, dans Lorène ou Encore un jour. Et si, dans Je veux, Guillaume n’hésite pas à affirmer « J’aime pas l’amour« , comme un écho au titre du premier album, c’est pour mieux en exorciser les affres et les souffrances. Comme il dit: « Mes chansons reflètent ce que je vis,avec ses émotions, ses violences et ses contradictions.Chanter, c’est ma façon de me sentir vivant. »
Une voix, un cri, un style, un talent. Comme son patronyme le pressentait, Guillaume est devenu grand. (www.guillaumegrand.com)

Disponible à la médiathèque:
Il paraît / musique de et paroles de et interprété par Guillaume Grand. – France: Parlophone, 2014. – 35mn18s. – Cote: 2.3 GRA

Publicités