Mots-clefs

,

Ancienne moitié du duo Oldelaf et Monsieur D, Olivier Delafosse alias Oldelaf a réussi son échappée en solitaire avec, outre le disque pour enfants Bête et méchant, un premier album au succès surprise, porté par le titre La tristitude. Sans renier l’humour qui dominait dans les chansons du duo, le chanteur normand s’est spécialisé dans les textes doux-amers et tendres.oldelaf dimanche
Il n’est donc pas surprenant de voir Oldelaf poursuivre dans cette veine qui lui réussit très bien, pointant du doigt les (mauvaises) habitudes quotidiennes dans le glouton Je mange, les marques omniprésentes dans Kleenex, les moments d’ennui de jeunesse dans Le dimanche après-midi ou de joie dans La belle histoire. Rompu aux jeux de mots, il suffit d’écouter le désopilant Le bruit, Oldelaf sait se faire plus tendre sur Ça changera rien ou le nostalgique Nos jours heureux, trempé dans le rock.
Sur une douce mélodie bossa nova, Joli dimanche, conte une rupture amoureuse tandis que l’inventaire de Qu’est-ce qu’on va en faire?, ne s’arrêtant pas aux biens obsolètes qui envahissent la maisonnée, tourne sur fond de calypso. Plus loin, Digicode évoque les pollutions mémorielles et la charge Je suis bien aborde, entre clavecin et guitare électrique, le thème de l’indifférence face à la misère urbaine. Enfin, Stockholm se penche sur les violences conjugales. L’art d’Oldelaf est de faire passer la pilule en douceur, avec beaucoup de nuances. (Loïc Picaud – music-story.com)

Disponible à la Médiathèque:
Dimanche / musique de et paroles de et interprété par Oldelaf. – Paris: Roy Music, 2014. – 46mn50s. – Cote: 8.5 OLD

Publicités