Mots-clefs

Beaucoup d’eau a coulé sous le pont de Recouvrance depuis l’album précédent de Miossec, Chansons ordinaires, paru en 2011. L’ataxie, une maladie orpheline qui l’a contrait à marcher avec une canne, l’a également tenu à distance de l’alcool. L’auteur de Boire a dû se faire une raison et reprendre le chemin du studio d’enregistrement.Miossec ici bas
En l’occurrence, c’est avec Albin de la Simone que le Brestois a souhaité travailler pour la première fois, ainsi qu’avec l’ingénieur du son Jean-Baptiste Brunhes, à la maison. Amateur du contre-pied artistique, Miossec retourne à la chanson de proximité la plus intime et touchante, à la façon de On vient à peine de commencer, quand l’album précédent trompait son intitulé par un dosage élevé de rock. Cette ode à la seconde chance ne dépare pas de ses dix consoeurs chantant principalement l’amour, côté souffrance (Le coeur), côté coup de foudre (Samedi soir au Vauban, entre guitare et bandonéon) ou côté doutes (Qui nous aime).
Plus sobre que jamais et la voix collée au micro, sans filet de sécurité, Miossec décline d’autres sentiments prégnants comme la fatalité (Ce qui nous atteint), la fréquentation des fantômes (Nos morts) ou le désir d’en découdre avec l’existence (À l’attaque!). Sur un tempo plus soutenu entouré d’un mur de guitares et de piano s’agite la composition de Sophie Calle et Grégoire Bouillier, Répondez par oui ou par non, tandis que l’autre entrée extérieure, Bête, comme j’étais avant, signée Stephan Eicher, est d’humeur lunatique. En arrière plan, les orfèvres du son dressent des arrangements discrets et efficaces, soulignant au plus près le verbe du chanteur. C’est tout juste si son coeur ne se fait pas entendre dans ce qui est son album le plus épuré depuis ses débuts(/www.music-story.com)

Disponible à la Médiathèque:
Ici-bas, ici-même / musique de et paroles de et interprété par Christophe Miossec; musique de Stephan Eicher; arrangé par Albin de La Simone. – France: Pias, 2014. – 33mn. – Cote: 8.5 Mio

Publicités