Mots-clés

,

À soixante-cinq ans, Louis Chédid est loin de la retraite. Mais il ne peut empêcher que bien des symboles se croisent en cette fin d’année. La sortie d’une intégrale de ses albums en studio, l’arrivée d’un second volet du Soldat rose que son complice Pierre-Dominique Burgaud a écrit en collaboration avec Francis Cabrel… Et puis ce nouvel album qui, par son titre et sa conception, cumule les signes : il comporte seize chansons et sa pochette présente deux 8 allongés, double figure qui justifie le titre Deux fois l’infinilouis chedid deux fois
Mais cet infini est autarcique: Louis Chédid a écrit paroles et musique, chante, joue de tous les instruments, assure lui-même une bonne partie de la technique et même le mixage.
À l’écoute, l’impression est assez étrange: Louis Chédid apparaît là, presque plus Louis Chédid que d’habitude, comme si être seul lui laissait toute latitude pour retourner à ses lieux favoris – un peu comme le vieux célibataire fréquente assidûment les mêmes restaurants, où il choisit toujours le même menu. Qu’on ne s’étonne pas, alors, qu’il revienne à la plus souriante mélancolie amoureuse, à ses étonnements sur l’état moral du monde dans lequel il vit, à l’introspection complice… Après tout, c’est ce qu’il fait le mieux, c’est ce qu’il préfère et c’est aussi ce que nous préférons de lui.
Car Deux fois l’infini révèle finalement une vérité rassurante: quand on laisse Louis Chédid seul aux manettes, il ne se transforme ni en Docteur Folamour de la pop ni en Dr Hyde du studio. Il est tel qu’on le connaît bien, et tel qu’on l’aime depuis des lustres – doux, généreux, tendre, plus doué pour le sentiment chuchoté que pour la passion braillée. On a l’impression, après tant de disques au spectre large, de s’installer dans la même pièce que lui pour l’entendre de plus près que jamais.
Plus à nu que jamais, il est aussi infiniment plus serein et juste. C’est comme cela, parfois, qu’un chanteur arrive à devenir un ami.

Disponible à la Médithèque:
Deux fois l’infini / musique de et paroles de et interprété par Louis Chedid. – France: Atmosphériques, 2013. – 49mn48s. – Cote: 8.5 CHE

 

Publicités