Mots-clefs

Simple phénomène de mode ou véritable coup de foudre, le succès de Luc Arbogast est indéniable. Son nouvel album Odysseus, le sixième, a dominé les charts pendant deux semaines consécutives et s’offre une certification de platine (vendu à 100.000 exemplaires). (chartsinfrance.net)luc arbogast odysseus

Personnage atypique de la chanson, Luc Arbogast s’est fait connaître par le biais de l’émission The Voice, la plus belle voix lors de laquelle il a étonné téléspectateurs et professionnels par son timbre de voix et son répertoire sortant de l’ordinaire.

Sixième production du contre-ténor et première à bénéficier d’une large distribution, Odysseus s’adapte à un public plus large sans se différencier d’un style à l’inspiration médiévale de ses précédents albums. Certains titres ont déjà eu la primeur d’une démonstration télévisée comme l’étonnant reprise de Tears for Fears, « Mad World », dont la mélodie, chantée en anglais, se prête à un exercice entre style Renaissance et chant grégorien des choeurs. Il n’est pas davantage surprenant d’y retrouver le titre fétiche « Cancion Serafadi » dans une version publique en fin de programme et l’adaptation du célèbre Adagio de Tomaso AlbinoniEden »).

Accompagné d’un bouzouki ou d’un laud (bandurria), Luc Arbogast mêle diverses influences de l’époque médiévale ou des chansons traditionnelles d’essence populaire. Dans ce dernier registre, le « Cant de Gévaudan » met d’emblée dans l’ambiance folklorique et paysanne avec sa harangue et son rythme dansant. Autre titre majeur de la sélection, son adaptation de la fameuse Moldau de Bedrich Smetana, « Nausicaa », choisie comme premier extrait et annonce accrocheuse d’un album qui par ailleurs se distingue par son éventail de styles (parfois proche du folk ou du new age) et de langues (latin, arabe, hébreu, anglais). L’univers de Luc Arbogast, riche et varié, va de pair avec l’originalité du personnage. (music-story.com)

Disponible à la Médiathèque:
Odysseus / musique de et paroles de et chanté par Luc Arbogast , bouzouki. – France : Mercury, 2013. – 44mn26s.

Publicités