Mots-clés

,

Âgé d’un peu plus de 30 ans, le contre-ténor Philippe Jaroussky a déjà conquis une place prééminente dans le paysage musical international. Avec une maîtrise technique qui lui permet les nuances les plus audacieuses et les pyrotechnies les plus périlleuses, Philippe Jaroussky a investi un répertoire extrêmement large dans le domaine baroque.jaroussky farinelli porpora
Ce récital de Philippe Jaroussky dans les airs chantés par Farinelli est l’aboutissement d’un voeu de longue date. Jusqu’à présent, le contre-ténor s’était évertué à faire découvir le moins connu Carestini à travers un album qui a fait date en 2007, tout en n’interprétant qu’en concert le fameux « Alto Giove » qui trouve naturellement sa place au coeur de ce recueil.
Rendre hommage au roi des castrats par le biais des partitions de son maître et compositeur attitré Nicola Porpora, tel est l’angle adopté par le chanteur qui conserve à trente-sept ans cette étonnante fraîcheur vocale comme à ses débuts, ce timbre capable d’attraper les notes les plus hautes avec une souplesse et une douceur inégalable. Le fait est particulièrement patent dans les magnifiques airs de PolifemoPlacidetti zeffiretti », « Nell’ attendere il mio bene ») et de SémiramideRiconsciuta si pietoso il tuo labbro » et « Regina dell’Assiria come nave in ria ») qui font par la même redécouvrir la plume alerte du compositeur napolitain.
Ce don, aussi rare soit-il, ne brillerait pas tant s’il n’était transporté par l’ensemble tout désigné pour ce répertoire, le Orchestra barocca di Venezia conduit par Andrea Marcon. Entre les airs virtuoses de bel canto d’Iphigénie en AulideLimpi d’onde ») et les chants d’amour d’Orfeo, chaque moment recèle sa part de magie. Farinelli a trouvé là son digne représentant à travers les siècles, un disciple doué et sensible dont l’organe perce les secrets de son art. (music-story.com)

Disponible à la Médiathèque:
Arias for Farinelli / musique de Nicola Porpora ; Philippe Jaroussky , contre-ténor ; Cecilia Bartoli , mezzo-soprano ; interprété par Orchestra barocca di Venezia ; direction d’orchestre Andrea Marcon. – France : Erato Disques, 2013. – 1h10mn11s.

Publicités