Mots-clefs

De retour d’une tournée aussi longue que triomphale, Christophe Maé s’est retrouvé au terme d’un cycle qui l’a vu dominer les palmarès avec une formule de chanson métissée de reggae et de calypso. Las et en panne d’inspiration, il jette sur le papier quelques idées en vrac et part faire un tour à La Nouvelle-Orléans.Christophe-Mae-Je-veux-du-bohneur-Cover
C’est de la cité louisianaise où la musique est omniprésente que viendront les idées musicales de ce troisième album studio et ses accents rock mêlés aux cuivres dixieland. Une double influence qui se fond naturellement dans le décor de Je veux du bonheur dont le morceau-titre, empreint de chaleur, diffuse son enthousiasme sous son fameux timbre voilé. L’album parcouru d’une onde vaudou, rempli de breaks, de refrains scandés et de choeurs laisse aussi place à quelques ballades plus traditionnelles.
Dans « Ma jolie », Christophe Maé offre un strapontin au bluesman des origines Leadbelly. « À l’abri » est une évocation (assez carte postale) de l’ouragan Katrina qui a dévasté la Cité du Croissant en 2005. Deux ou trois autres titres comme « La Poupée » ou « Ne t’en fais pas » sont vraiment passe-partout si l’on n’est pas accro au chanteur, dont le style et la conviction sont les meilleurs atouts. Sa bonne humeur naturelle teintée de mélancolie dans « L’Automne » et sa version de « It’s Only Mystery » d’Eric Serra corrigent le tir. (music-story.com)

Disponible à la médiathèque:
Je veux du bonheur / musique de et paroles de et interprété par Christophe Maé. – Paris : Warner Music France, 2013. – 41mn33s. – Cote: 2.2 MAE

Publicités