Le prix Renaudot 2010 a été attribué lundi, 8 novembre 2010, à Apocalypse bébé (Grasset), de Virginie Despentes.

Entre satire sociale, polar contemporain et romance lesbienne Apocalypse bébé met en scène Lucie, une détective privée sans conviction ni talent, engagée pour retrouver une adolescente énigmatique et difficile perdue sur un quai de métro parisien par sa grand-mère. L’anti-héroïne trentenaire de ce « road-book » va faire équipe avec la Hyène, une collègue aux méthodes radicales, pour tenter de retrouver l’adolescente jusqu’à Barcelone.

Virginie Despentes, entrée en littérature par son version trash, a précédemment publié Baise-moi (J’ai lu), adapté au cinéma ; Mordre au travers (Librio) ; King Kong théorie et Bye bye Blondie (Grasset, Le livre de poche), Les jolies choses (Grasset, J’ai lu), Teen Spirit (Grasset, J’ai lu) et Les chiennes savantes (Grasset, J’ai lu, Massot).

Publicités